21/20-164 Formation professionnelle duale efficace des jeunes – Grandir à Butare

e projet de réduction de la pauvreté extrême chez les jeunes en milieu rural et amélioration des conditions de vie des familles au travers d’une formation professionnelleduale efficacedes jeunes vise à offrir aux 30 jeunes l’opportunité d’apprendre un métier de leur choix qui une fois la formation terminée leur permettra de trouver un emploi dans ou créer leurs propres emplois au travers les petitesentreprises qu’ils auraient fondées et développées. Pourremédier au problème d’inégalités entre les filles et les garçons et en vue de promouvoir l’indépendance économique des jeunes filles quo sont souvent victimes de discrimination et d’exploitation faute de revenu propre, la proportion des admissions sera partagée a 60% pour les filles et 40% pour les garçons. Le projet privilégiera la formation duale plus mélangeant une formation dans une salle de classe (3 jours par semaines), les séances pratiques dans différentes entreprises avec lesquels le projet aura des contrats de partenariat (2 jours par semaine) et une formation entrepreneuriale (1 jour par semaine) pour apprendre à mieux exploiter et développer les acquis de leur formation et les mettre à profit. Le projet a une durée de 2 ans et chaque promotion en formation pourra être formée pendant 3 à 6 mois (dépendant de la nature du métier). Le projet est initié par l’Association Grandir à Butare basé àSion/Suisse et sera mis en exécution par le Groupe Nos Enfants son partenaire basé à Butare au Sud du Rwanda. Les deux associations sont spécialisées dans la promotion de l’accès des jeunes vulnérables àl’éducation formelle et à la formation professionnelle des jeunes. Elles travaillent ensemble depuis 20 ans et ensemble elles ont développé un savoir-faire et une confiance mutuelle. La proposition de projet dont il est question ici, prévoit qu’à la fin de la formation au moins 70% des lauréats pourra être embauche tandis qu’au moins 25% pourra mettre en place leurs propres petits projets/entreprises et travailler pour leur compte. Pour répondre à la question de l’accès au financement nécessaire pour lancer son propre projet et qui reste extrêmement sélectif au jeune sans garantis bancaire pourtant conditionnel pour un tel accès, le projet facilitera aux bénéficiaires un accès aux capitaux par les négociations et la collaboration avec les institutions de microfinanceet vise l’attribution des crédits a au moins 35% aux demandeurs bénéficiaires du projet.

Bénéficiaire

Le projet soutiendra 30 jeunes sur deux ans dont 60% de femmes et 40% d’hommes afin de répondre au taux de chômage élevé des jeunes femmes surtout en milieu rural.  Le projet enrôlera à75% les jeunes ayant interrompu leurs études secondaires en raison de manque de moyens et 25% des jeunes ayant obtenu leur diplôme d’études secondaires(humanités/maturité) dans des sections ne leur permettant pas d’obtenir un emploi et ayant passé au moins 2 ans à la recherched’un emploi.
 

Partenaire local :

Groupe Nos Enfants (GNE)

Financement :

VSS année 1 : CHF 11’157

VSS année 2 : CH 10’354

Coût total du projet : CHF 40’837

Organisation

Grandir à Butare

Secteurs d’activités

Formation professionnelle

Objectif agenda 2030

Statut du projet

Terminé

Durée

2020-2022

Pays

Rwanda

Continent

Afrique

Résultat final

Le projet de Formpro 8 et 9 était ambitieux et il a réussi à former 29 apprentis, mais aussi à préparer avec des projets générateurs de revenus. Bon nombre d’apprentis ont pu être embauchés même avant la fin de leur formation. Cependant, les projets d’ateliers sont toutefois limités (22%) faute de pouvoir financer les garanties exigées par les instituts financiers.
Le modèle d’apprentissage de type dual mis en place fonctionne. Le nombre d’apprentis embauchés dépassent les objectifs.
A la suite des tractations avec les centre de formation ce modèle est maintenant reconnu par l’État (Rwanda TVET Board). Il sera poursuivi dans les prochains projets.
Huit institutions de microfinances ont été approchées et des négociations pour un partenariat sont engagées.

Le GNE a tiré de multiples leçons de cette expérience. Voici ce qu’il écrit :

Le nouveau modèle d’apprentissage engendre des résultats fiables, puisque les apprentis en stage sont appréciés et certains sont embauchés, même vers la fin de stage.

Les apprentis ont manifesté l’engagement et l’amour du métier en affrontant le marché du travail et même en se créant des ateliers et des comptoirs de vente basés sur la maitrise du métier étudié. Ils ont commencé l’autofinancement sans craindre la compétition ou la concurrence.

Le choix de partenariat avec les autorités de base, les écoles techniques et les entreprises d’expériences est fructueux.

Quelques chiffres :

Sur 37 candidats identifiés, 29 jeunes des environs de Butare (Districts de Huye et Gisagara) ont été sélectionnés et admis dans le programme. Ils ont été répartis en 2 volets : un volet de 14 et un autre de 15 apprentis.

20 contrats de collaboration ont été signés avec des entreprises opérant dans la ville de Butare et aux alentours pour former les apprentis soit 111% de la valeur initiale.

29 apprentis ont été enrôlés dans la formation et ont obtenu leurs certificats.

21 parrains ont été identifiés, contactés, formés et ont accepté de signer un contrat de partenariat avec le GNE.

12 Parrains ont été actifs dans le soutien et l’accompagnement des apprentis (Coaching), soit 80% de la valeur cible.

29 Projets générateurs de revenus ont été élaborés dès le début de la formation entrepreneuriale. Ils ont été étudiés avec l’aide du formateur et documentés.

La présentation aux institutions de micro finance a été retardée par : 

La pandémie du Covid-19.
Le manque de garantie exigée par les institutions de microfinance.