Header
Ombre-haut

Description

Les « Pygmées », peuple des forêts réparti dans plusieurs pays d’Afrique centrale, sont divisés en groupes distincts – tels les Baakas –, tous confrontés à de graves problèmes : racisme, déforestation, mesures de «conservation», etc. Au Congo Brazzaville, les écoles de la forêt (écoles ORA) permettent aux enfants baakas de se former (français, maths, culture de la forêt, etc). Cet aspect est important, car malgré une loi portant sur la protection des droits des populations autochtones, les Baakas continuent en réalité d’être ignorés et considérés comme des sous-hommes par la civilisation Bantoue.

Le projet vise :

• la reconnaissance par le peuple Congolais, des Baakas en tant que citoyens a part entière,

• l’indépendance électrique des écoles ORA qui leur permet d’organiser le soir des formations pour adules,

• enfin, la formation de plusieurs jeunes électriciens au solaire. Ils pourront ainsi, non seulement faire de la maintenance et de la pose dans les écoles ORA, mais également trouver un travail tout en restant dans la forêt.

Objectifs

Formation d’adultes et de jeunes électriciens de l’ethnie des Baakas (Pygmées)

Bénéficiaires

Enfants des écoles ORA, adultes de la région, ainsi que 6 jeunes électriciens

Partenaire local

M’Boa Congo et les écoles ORA ASPC association spiritains du Congo

Durée

1 an

Montant recherché

CHF 8’000.–

Localisation

Région Likouala, Congo

Résultats

Le projet visait trois objectifs opérationnels qui ont été atteints:

1) Autonomie énergétique pour Enyele et Mboa.

Les installations et le matériel solaire ont été installé dans les 2 internats ainsi que dans les écoles ORA de Molembe et de Mbanza Après la partie théorique, d’un mois et demi, le groupe d’apprentis a été scindé en deux pour aller installer le solaire dans les 2 internats ainsi que dans les écoles ORA de Molembe et de Mbanza. Plusieurs nouvelles écoles ORA sont en cours de réalisation.

2) Autonomie opérationnelle.

Techniquement le résultat est positif. Le matériel installé a parfaitement fonctionné. Les coutumes et croyances locales ont toutefois généré des surprises et des problèmes de consommation : un internat a laissé la lumière allumée toute la nuit pour chasser les esprits.

3) Formation à l’énergie solaire.

Six jeunes ont pu être formés, ainsi que le directeur du centre d’apprentissage de Bétou, le Père Apollinaire. La participation du directeur, qui a suivi toute la formation et le test théorique est très positive, car il appuie maintenant le suivi et la maintenance des installations. Ces personnes ont suivi: une formation théorique d’un mois et demi une formation pratique dans les différents milieux de pose une formation pratique sur le montage et l’entretien des installations.

» 125-17_Fiche_-_M_Boa-Rapport.pdf