Header
Ombre-haut

Description

Malgré le développement touristique, la plupart des habitants de l’île de Siargao n’ont pas les moyens d’assurer une certaine stabilité à leur famille, que ce soit au niveau de l’alimentation, de l’éducation ou de la santé. La population bénéficie cependant d’un niveau d’instruction suffisant pour gérer un petit commerce. Il s’agit le plus souvent d’échoppes, appelées sari-sari, proposant des produits de consommation courants : savons, café, cigarettes, boissons, etc. Ces produits se vendent généralement à l’unité, souvent à crédit, car les clients n’ont pas les moyens de payer sur le champ.

Le projet de microcrédits permet aux bénéficiaires d’acquérir un stock pour satisfaire la demande en attendant que la caisse se renfloue. C’est un petit coup de pouce qui offre la possibilité à des microentreprises de « décoller », améliorant ainsi l’ensemble des conditions de vie locales.

Objectifs

Permettre la pérennisation de la sécurisation des revenus de la population de l’île de Siargao

Bénéficiaires

Les bénéficiares des microcrédits et, au sens large, la population de Siargao

Partenaire local

Association Siargao Masaya aux Philippines

Durée

1 an

Montant recherché

CHF 8’000.–

Localisation

Ile de Siargao, Surigao del Norte, Philippines

Résultats

Des micro-entrepreneurs insulaires ciblées ont créé et pérennisé une activité génératrice de revenus. Chaque groupe a ainsi créé un projet individuel, qu’il a soumis à Idées’Elles (IDL) par le biais d’un formulaire de demande.

Les groupes cibles ont augmenté progressivement leur rendement, générant ainsi des bénéfices. La plupart des groupes a pu le faire. Des prêts plus importants ont été octroyés à ceux qui avaient remboursé dans les temps.

La plupart des groupes se sont montrés solides et sûrs dans leurs projets, même s’il a fallu parfois leur rappeler la notion de solidarité. Tous les groupes (sauf un) ont été capables de gérer leur activité de manière efficace et rentable. Ils ont remboursé le prêt et les intérêts et ont repris la même somme pour continuer à développer leur commerce.

Des formations sur le microcrédit ont été données. L’association a assuré le suivi régulier et l’évaluation des performances. Si certains groupes préfèrent ne pas reconduire leur emprunt, la plupart d’entre eux préfèrent continuer d’emprunter pour développer toujours plus leur business.

Un nouveau collaborateur a intégré l’équipe avec succès.

De nouveaux prêts sont alloués et les groupes cible se renouvellent. D’ici quelques années IDL espère que l’intégralité des fonds envoyés pour le projet microcrédit puisse être autogéré par du personnel local, sans intervention extérieure.

Les intérêts perçus sur les remboursements permettent d’augmenter les fonds à disposition d’IDL Massaya sur le compte bancaire ouvert pour la gestion des microcrédits. Ces intérêts servent aux frais de fonctionnement de notre partenaire sur place et permettent d’augmenter certains prêts ou encore d’accorder des prêts à de nouveaux bénéficiaires. Les fonds originellement transférés aux Philippines génèrent donc du revenu, ce qui est un gage de pérénité.

» 16-116_Fiche_-_Ide_e_es_Elles-Rapport_final-web.pdf