Header
Ombre-haut

Description

A Nobéré, l’économie s’appuie sur une agriculture de subsistance, mais 30% de la population a une alimentation déséquilibrée et insuffisante. Dans une approche d’ensemble qui s’appuie étroitement sur la collaboration avec les communautés et institutions locales, Morija aide les habitants de Nobéré à :

  • enrayer la malnutrition et développer de bonnes pratiques en matière d’hygiène,
  • accéder à l’eau potable,
  • gérer convenablement les sols pour assurer la sécurité alimentaire tout en respectant l’environnement,
  • favoriser les activités génératrices des revenus et promouvoir l’égalité hommes-femmes.

Le projet Colibri II complète une première phase présentée en 2014.

Objectifs

Améliorer les conditions de vie et renforcer la résilience de la population de la commune de Nobéré.

Bénéficiaires

Les habitant-e-s de la commune (env. 40’000 personnes).

Partenaire local

Morija / Burkina

Durée

1 an

Montant recherché

CHF 90’000.–

Localisation

Burkina Faso, Région Centre-Sud, Province du Zoundwéogo, Commune de Nobéré

Résultats

Les cas graves de malnutrition sont en baisse. En 2016, l’approche utilisée lors de la sensibilisation a été modifiée. Essentiellement basée sur la détection précoce de la malnutrition jusqu’à présent, Morija a décidé de mettre en place la méthode ANJE (Alimentation du Nourrisson et du Jeune Enfant) sur laquelle s’appuie la politique nutritionnelle actuellement préconisée par le Ministère de la Santé burkinabè.

Un atelier de fabrication de farine a été construit et des légumes ont pu être produits dans le jardin maraîcher.

Dans les quartiers où l’association Morija est intervenue, la proportion des ménages disposant d’un point d’eau à moins de 1000 m de chez eux est passée de 45% à près de 80%.

Des forages ont été construits.

16 points d’eau ont été réhabilités et améliorés.

Des latrines familiales et scolaires ont été construites.

Des maçons villageois et des promoteurs d’hygiène ont été formés.

Des groupes d’épargne communautaires ont été créés. La plupart des prêts octroyés ont servi à lancer des activités de petit commerce ou d’artisanat.

» 98-15_Fiche_-_Morija_Colibri_II-Rapport_final-web.pdf