Header
Ombre-haut

Description

Dans cette région d’Afrique subsaharienne, 88% des maladies diarrhéiques sont imputables à la mauvaise qualité de l’eau, à un assainissement insuffisant et une hygiène défectueuse. Activités du projet :

  • Eduquer et sensibiliser la communauté au respect des règles d’hygiène.

  • Mettre à disposition de la population des latrines à usage privé et lavage des mains.

  • Permettre à la population d’avoir accès à de l’eau potable.

  • Fournir des soins à la population dans les villages.

La population participera en creusant elle-même les puits, en rassemblant les matériaux locaux, en pourvoyant à la main d’oeuvre, en donnant une participation financière.

Objectifs

Améliorer la santé des personnes présentes

Bénéficiaires

Population de 15 villages : env. 3’750 personnes.

Partenaire local

Centre de santé intégré Guider

Durée

1 an

Montant recherché

CHF 47’920.–

Localisation

Mayo-Louti, Cameroun

Résultats

Sensibilisation Les actions de sensibilisation à l’hygiène élémentaire (32 séances en 2011 pour 2’568 personnes et 22 en 2012 pour 1’750 personnes) ont porté leurs fruits. Désormais, 55% de la population comprend les causes de leur maladie et 70% ne pratique plus la défécation à l’air libre. Les animateurs communautaires, dont le rôle est très important pour induire des changements comportementaux, ont bénéficié de 4 formations sur les sujets suivants :

  • La promotion d’hygiène et d’assainissement du milieu.
  • Lutte contre les maladies diarrhéiques, lutte contre le paludisme, promotion des moustiquaires imprégnées.
  • L’importance de l’allaitement maternel.
  • Comment rendre une eau potable.
  • L’alimentation équilibrée.
  • L’importance de la consultation prénatale.

Structures d’assainissement La construction de 45 latrines traditionnelles à double fosse dans16 villages permet l’accès à de bonnes latrines, généralement bien entretenues, à 869 personnes.

Accès à l’eau 15 puits ont été construits (cuvelage, dalle de fond, margelle, couvercle, pompe), donnant accès à l’eau potable à 8’025 habitants. En parallèle, des agents communautaires ont été formés à l’entretien des puits. L’eau usagée des puits est récupérée dans un abreuvoir destiné aux animaux. La source séparation de la source d’eau dédiée aux hommes ou aux animaux permet une réduction des risques de contamination de l’eau. Ainsi, une baisse sensible des maladies hydrique a été observée.

Accès aux soins Une amélioration de l’état de santé des population a été constaté par les centres de soins, ainsi qu’une volonté accrue des femmes d’aller consulter à l’hôpital durant leurs grossesses. 1’000 moustiquaires imprégnées ont été distribuées. 155 consultations, 258 examens de laboratoires et 256 consultations prénatales ont été réalisées par l’unité mobile. Mais les consultations mobiles doivent s’arrêter durant la saison des pluies. Les populations souhaiteraient une unité fixe pour pouvoir consulter à tout moment.

» 50-11_-_Morija_Wash_Dazal_web.pdf

En Images

  • Site_latrine_publique_vip_double_fosse-web
  • Site_femme_puisant_de_l_eau-web
  • Site_wash_dazal_rapport_final_1
  • Site_wash_dazal_rapport_final_2
  • Site_wash_dazal_rapport_final_3
  • Site_wash_dazal_rapport_final_4