Header
Ombre-haut

Description

La région de Momé Katihoé (40’000 habitants), au sud-est du Togo, est constituée de terres agraires entourées de marais. C’est une zone hyper-endémique en matière de malaria. Les gens vivent dans des conditions inhumaines, en l’absence d’infrastructures publiques dignes de ce nom : pas de route ou de piste entretenue, peu d’eau potable, pas de toilettes publiques, écoles en paille ou dégradées, aucune structure médicale accessible pour des motifs pécuniaires ou de distance. La famine est endémique, la mortalité infantile majeure, la longévité abrégée : des conditions d’instruction et de vie catastrophiques.

Le projet vise à assurer la pérennité financière du dispensaire par l’amélioration et le développement de cultures maraîchères et de grandes cultures, l’acquisition d’un terrain agricole proche du dispensaire et la formation d’une Sœur togolaise, au Benin, au Centre « Songhaï » de production et de formation en agriculture durable.

Objectifs

Obtenir des conditions économiques suffisantes pour assurer la pérennité d’un dispensaire et d’un centre de scolarisation et de formation

Bénéficiaires

Le dispensaire et le centre de scolarisation et formation de l’Institut des Sœurs Hospitalières de Notre Dame de Compassion (ISHNDC)

Partenaire local

Institut des Sœurs Hospitalières de Notre Dame de Compassion (ISHNDC)

Durée

2 ans

Montant recherché

CHF 18’000.–

Localisation

Togo

Résultats

Le jardin a pu être irrigué grâce à l’installation d’une arrivée d’eau et d’un château d’eau. Des locaux pour le rangement du matériel agricole et le stockage des marchandises ont été construits.

Du matériel et des machines agricoles en provenance de la Suisse ont été acheminés par container et sont arrivés à bon port. Une partie des instruments a pu être testée et rend de grands services, mais il faudra attendre la saison des pluies pour vérifier l’efficacité des machines de labour. Ces essais de matériel sont importants, le plus grand risque étant une utilisation inappropriée des outils, qui nuirait à la bonne réalisation du projet.

Le projet est amené à durer dans le temps. Aussi l’association AKT entend-elle le suivre par des visites régulières et le développer en améliorant les structures locales déjà existantes (remplacement des toits en bâches par des toits en dur, construction de logements pour les ouvriers…).

» 44_Fiche_-_AKT_cultures_mara_ch_res_web.pdf

En Images

  • Site_togo_2010_030_mail
  • Site_mars_2010_080_mail
  • Site_togo_2012_267_mail
  • Site_machine_001
  • Site_songhai_019_mail
  • Site_togo_2012_354_mail