Header
Ombre-haut

Description

Le projet prévoit la mise en place d’une unité de transformation de manioc dans le village de Kpohoudjou (Bénin). - Transformer et conditionner le manioc de manière professionnelle, - Améliorer les rendements des champs de manioc, - Soulager les femmes des tâches pénibles et chronophages, - Exploiter de manière efficace, efficiente et durable un produit cultivé localement, - Encourager l’émergence d’un tissu économique local, afin d’améliorer le niveau de vie des habitants et lutter contre l’exode rural.

Objectifs

Amélioration des conditions de vie des producteurs et transformateurs de Kpohoudjou et de ses environs

Bénéficiaires

28 membres du groupement Enougnon ainsi que leur famille, soit environ 215 personnes, profiteront d’une augmentation de leur revenu. Il est prévu qu’au moins 15 membres rejoignent le groupement durant la 1ère année. 1'600 producteurs des environs de Kpohoudjou pourront venir vendre et faire transformer leur manioc brut dans l’unité, ce qui leur assure également une augmentation de leur revenu. 1'000 personnes du village profiteront du puits installé à proximité de l’unité.

Partenaire local

Groupement Enougnon

Durée

1 an

Montant recherché

CHF 20'000.-

Localisation

Bénin, département du Couffo, commune de Toviklin, arrondissement de Toviklin-centre, village de Kpohoudjou

Résultats

Le projet s’est déroulé dans le contexte de la pandémie de Covid-19. Le Bénin a été comparativement moins touché que d’autres régions. Le village se trouvant dans une zone reculée, la mise en œuvre du projet n’a pas connu de retards. Les formations et les réunions se sont tenues dans le respect des règles sanitaires en vigueur au Bénin, soit la distanciation sociale et le lavage régulier des mains. Ces aspects ont été rappelés lors des formations.

Pour Nouvelle Planète, les objectifs ont été atteints. A Kpohoudjou, la transformation du manioc se fait désormais de manière semi-professionnelle.

En effet, l’unité́ de transformation a pu être construite et est équipée (moulin motorisé, un tamiseur, presse à cric et un triporteur pour le transport du manioc brut et transformé). Les bâtiments, contrôlés par un ingénieur indépendant, sont d’excellente qualité. Cette unité fonctionne de manière autonome et est gérée par le groupement.

De plus, un puits (dont l’eau est à disposition pour tout le village) et une latrine complètent l’infrastructure mise en place. La mécanisation du travail a permis de soulager les femmes de tâches chronophages et pénibles (râpage et tamisage).

Différentes formations (gestion, vie associative et techniques de compostages et de transformation du manioc) ont été proposées afin que les personnes obtiennent les compétences nécessaires à la pérennité du projet. Le groupement qui gère l’unité a été structuré de manière à garantie une gestion transparente et performante.

Les produits transformés sont écoulés sur le marché́ local et régional.

Les revenus supplémentaires dégagés permettent aux membres d’améliorer la qualité́ de vie de leur famille et de desserrer l’étau de la pauvreté́, sans évoquer les nombreux paysans qui peuvent écouler désormais facilement leurs récoltes. Cette nouvelle situation ouvre des perspectives : scolarisation des enfants, prise en charge sanitaire précoce, capacité d’investissement, sans oublier la valorisation de l’autonomie féminine. Un cercle vertueux semble démarrer.

» 166-20_Nouvelle_Plane_te-web.pdf