Header
Ombre-haut

Description

Le district de Gulu a été particulièrement touché par la violente guerre civile opposant les forces gouvernementales du président Museveni à l'Armée de Résistance du Seigneur (LRA en anglais). Quinze ans plus tard, le nord de l'Ouganda souffre encore des conséquences dramatiques de cette guerre.

Ce projet vise à créer des opportunités d'emplois et à offrir des formations professionnelles adaptées aux besoins des bénéficiaires. Les jeunes seront soutenus dans la recherche d'emploi en maintenant des contacts étroits avec des employeurs locaux. Organisés en association, ils seront ainsi en mesure de se soutenir mutuellement et d'accéder à des financement publics. Le projet intègre aussi une part importante de sensibilisation et de plaidoyer, afin d'engager les communautés locales et les parties prenantes dans le processus de réintégration des jeunes des rues en contribuant à un changement des mentalités, des politiques publiques et des pratiques actuelles en la matière.

Objectifs

Offrir des opportunités d'emploi aux adolescents et jeunes adultes vivant dans la rue à Gulu, afin de subvenir à leurs besoins et de les réintégrer dans leur communauté.

Bénéficiaires

90 jeunes âgés de 13 à 20 ans.

Partenaire local

Community Based Organisation Hashtag Gulu

Durée

1 an

Montant recherché

CHF 19'536.-

Localisation

Ouganda, District de Gulu, Gulu

Résultats

Malgré la situation sanitaire, le partenaire a été en mesure de remplir la plupart des objectifs du projet, hormis la tenue de la troisième cohorte de formation qui a été déplacée à 2021. Le partenaire s’est engagé, en collaboration avec la Task Force du district de Gulu ainsi qu’Eirene Suisse, à prendre en charge les jeunes vivant dans la rue de manière institutionnelle en leur fournissant un abri, des repas, des activités de sensibilisation et traitement médical. C'est au sein de ce refuge que les premières activités du projet ont été organisées. Diverses activités de sensibilisation ont dû être adaptées dû aux restrictions. Hashtag Gulu a pu fortement accroître sa connaissance des différents quartiers où vivent les bénéficiaires et sa compréhension du contexte dans lequel ceux-ci évoluent.

Concernant les formations, 60 jeunes (dont 21 jeunes femmes) ont terminé avec succès les deux premières formations offertes (couture, maçonnerie et menuiserie). Un autre aspect important du projet consiste aussi à soutenir les bénéficiaires dans la recherche d’un emploi et/ou la génération d’un revenu régulier. Là encore, et malgré le contexte économique très délicat et la stigmatisation dont souffre les bénéficiaires, le partenaire a connu plusieurs succès qu’il importe de relever. Si les entreprises locales se sont montrées réticentes à s’engager de manière officielle et sur le long terme, sept d’entre elles ont accepté de prendre certains bénéficiaires en tant qu’apprentis ou directement en tant qu’employé. Dans le cadre des formations, il a aussi été possible pour certains bénéficiaires de fabriquer de nombreux objets tels que des meubles, qu’ils ont pu vendre pour générer un petit revenu.

Il convient aussi de relever le travail abattu par le partenaire lors du confinement, notamment la mise sur pied en urgence d’un centre d’accueil temporaire pour les jeunes les plus vulnérables, en collaboration avec les autorités locales et d’autres organisations actives à Gulu.

La création d’association s’est avérée compliquée du fait de manque de confiance entre les jeunes. Le partenaire local poursuit son travail d’accompagnement et supervision.

Le partenaire a parfaitement su s’adapter aux limites imposées par la crise en matière de plaidoyer et de sensibilisation. S’il est à déplorer que leurs campagnes dans les écoles ont dû être suspendu, tout comme le dialogue initié quant à l’exploitation sexuelle de mineurs à Gulu, le partenaire a considérablement accru sa présence sur les médias sociaux et à la radio, cette dernière étant de loin la source principale d’information dans la région.

» 19-157_-_Eirene-Ouganda_Gulu-web.pdf