Header
Ombre-haut

Description

La situation des enfants est particulièrement problématique. Il y a en ce moment 2,9 millions d’orphelins et 190'000 enfants séropositifs en Ouganda. Ceux-ci sont souvent laissés avec leurs grands-parents ou leurs parents malades qui ne sont pas toujours capables de répondre convenablement aux besoins d’un enfant. Le manque d’information concernant le VIH/SIDA, la pauvreté, le désespoir et le manque de volonté amènent certaines personnes responsables d’orphelins ou d’enfants vulnérables à ne plus leur fournir les soins nécessaires en période critique. Certains enfants séropositifs ont accès à des traitements tardivement, pour cause de discrimination, d’ignorance, d’influence religieuse ou de tradition. Des enfants séropositifs, épileptiques ou en situation de handicap sont notamment parfois considérés comme victimes de sorcellerie. À tout cela s’ajoute les problèmes de malnutrition. Malgré un climat favorable en Ouganda, le taux de malnutrition reste enlevé. En 2007-2011, 14% des enfants de moins de 5 ans souffraient d’insuffisance pondérale modérée et grave.

Objectifs

Renforcement des activités pour les enfants atteints du VIH du Centre de Réhabilitation pour les Enfants d’Omoana (CREO). Renforcement institutionnel de la structure via la communication interne et externe. D’ici 2020, le projet bénéficiera directement à 364 enfants et adolescents.

Bénéficiaires

St. Francis accueille des enfants séropositifs et malnutris et assure ensuite leur suivi. Des activités spécialement dédiées aux adolescents sont également proposées.

Partenaire local

Le Centre St-Francis Health Care ONG – le CREO

Durée

1 an

Montant recherché

CHF 13'119.-

Localisation

Ouganda, sud-est du pays, ville de Jinja

Résultats

Les 6 collaborateurs formés spécifiquement à l’utilisation des outils et aux processus développés ont pu prendre la relève pour la suite. La documentation va également permettre de conserver les impacts du projet après le départ de la volontaire. Les retours positifs du partenaire, ainsi que la volonté d’accueilir un nouveau volontaire spécialisé sont également de bons indicateurs de la qualité du travail effectuée par la volontaire.

Durant l’année, 1'316 personnes ont bénéficié des activités de la volontaire dont 674 filles/femmes et garçons/hommes dépassant ainsi de loin l’objectif de 364 enfants et adolescents impactés par le projet.

Le bilan de ce projet est globalement positif. En ce qui concerne le renforcement institutionnel auprès de la Omoana House, il a pris plus de temps que prévu à démarrer car il a fallu apprendre les mœurs et la culture ougandaise. Ce processus d’intégration et d’immersion peut prendre du temps mais il est indispensable. Les cours de langue ont bien aidé à cette intégration.

Les travailleurs sociaux de Omoana House se sentent inspirés par le travail de la volontaire avec les enfants et souhaitent continuer à réaliser avec eux les activités mises en place en suivant les documenst réalisés mais aussi en mettant en place leurs propres activités.

» 19-149_Eirene-web.pdf