Header
Ombre-haut

Description

A Kigali, ville peuplée par plus de 2 millions d’habitants, on estime à 7% le taux de séroprévalence alors que la moyenne nationale est de 3%. Parmi les porteurs du virus VIH, beaucoup sont des femmes et des enfants, extrêmement marginalisés et pauvres. De plus, la malnutrition, le manque d’accès à l’éducation et aux soins de santé privent les membres de cette communauté des droits les plus fondamentaux et les exposent à des comportements mettant leur vie et leur sécurité sociale et familiale en danger. En s’attaquant simultanément à cinq facteurs prédominants de la pauvreté – la malnutrition, la maladie, le déficit d’éducation, l’insalubrité des logements et le manque de revenus –, le programme VillageFXB brise le cercle vicieux de la pauvreté et s’assure que ses interventions ont un impact durable qui permet aux populations et communautés de subvenir à leurs propres besoins sur le long terme.

Objectifs

Renforcer la résilience de 60 familles extrêmement défavorisées, parfois infectées et/ou affectées par le VIH/sida et les sortir de la pauvreté

Bénéficiaires

60 familles, soit environ --- 500 personnes et les 2’000 personnes de la communauté qui bénéficient de sessions de prévention et de sensibilisation

Partenaire local

FXB Rwanda

Durée

3 ans

Montant recherché

20'000

Localisation

Kigali, Rwanda

Résultats

Les objectifs du projet ont été atteints : • Tous les ménages opèrent au moins une AGR et sont en mesure d’épargner individuellement et collectivement, • Les groupes d’épargne et de crédits se sont montrés particulièrement effectifs en temps de crise, au niveau économique mais également en termes de lien social, • Les familles ont amélioré leur statut nutritionnel en quantité et en qualité et les cas de malnutrition ont été éradiqués, • Les bonnes pratiques d’hygiène inculquées tout au long des trois années du programme ont permis aux familles participantes d’adopter les gestes barrières pour se protéger de manière naturelle. Par ailleurs, les maladies d’origine hydriques ont sensiblement diminué, • Enfin, tous les enfants en âge de l’être sont scolarisés, bien que l’année scolaire ait été écourtée en 2020.

En fin de projet, les effets et résultats sont tout de même bons, malgré les différentes difficultés. Alors que le confinement avait eu un impact négatif sur les revenus et l’épargne, les bénéficiaires ont rapidement été en mesure de combler les pertes dès que les AGR ont à nouveau pu être entreprises.

Au-delà du COVID-19, la période du programme a également vu l’occurrence d’épisodes de fortes intempéries provoquant des glissements de terrain, la difficulté d’approvisionnement des moustiquaires auprès du gouvernement, la pénurie de botte de champignons pour les AGR collectives, l’augmentation des frais de scolarité les conditions climatiques instables.

» 146-18_FXB-Kigali-web.pdf