Header
Ombre-haut

Valais Solidaire, une fédération riche de ses membres
Dans un monde globalisé où la solidarité devient plus que jamais nécessaire, Valais Solidaire s’applique à resserrer les liens entre associations haut et bas-valaisannes.

 

Le Valais a une longue tradition d’entraide (missionnaires, coopérants, volontaires). Depuis vingt-cinq ans pourtant, le contexte de la coopération au développement a beaucoup changé. Pour plus d’efficacité et de cohérence, les organisations valaisannes de coopération ont choisi de regrouper leurs forces. Fin 2015, elles sont au nombre de 33, actives dans les pays du Sud ou de l’Est, et dans des domaines très variés : santé, éducation, environnement, agritourisme, microcrédit, etc.

Valais Solidaire a pour objectif de capitaliser et de mettre en réseau ces nombreux savoir-faire. La fédération organise ainsi, plusieurs fois par année, des échanges d’expériences et des ateliers de formation. Elle organise aussi de grands événements publics, comme la table-ronde "Nourrir la planète en 2020". Elle participe également à des manifestations en vue de sensibiliser un large public, comme par exemple, les Rencontres de la solidarité à Sierre, le XIIIe Sommet de la francophonie à Montreux ou Enfan’phare à Martigny, événement organisé à l’occasion des 20 ans de la Convention des droits de l’enfant.

Mais le rôle de Valais Solidaire ne s’arrête pas là. Grâce au soutien de la Confédération, du Canton et des Communes valaisannes, la fédération est en mesure de financer des projets présentés par ses associations membres.

Projets de développement et fonds publics

La Commission technique (CT) de Valais Solidaire, composée de spécialistes bénévoles, évalue les demandes de financement présentées par les associations membres. Son expertise et ses conseils contribuent à améliorer la qualité et l’efficience des projets. Les requêtes, une fois acceptées, figurent dans un « Catalogue de projets » proposé aux collectivités publiques.

Le travail de la CT facilite le choix des bailleurs de fonds. Il leur garantit une utilisation appropriée et transparente des deniers publics et leur assure le suivi des projets sélectionnés. Il évite enfin la dispersion des demandes de financement et allège les tâches administratives des autorités.